Le Premier Ministre a instruit ses ministres d'ouvrir des comptes sur les médias sociaux et d'y répondre aux questions des citoyens. Voilà une intention louable que l'on ne peut que saluer de la part de nos dirigeants. Mais je crois que ceux-ci se rendront compte bien vite que la réelle problématique sera de donner une marge de manoeuvre "communicationnelle" aux équipes desdits ministères. Pourront-ils (ou oseront-ils) commenter librement sur des thèmes controversés? Ou attendront-ils les instructions venant d'en haut? Qui parmi eux risquera les foudres officielles pour répondre à un citoyen lambda? Le risque est simplement de répercuter une certaine langue de bois sur les médias sociaux. Ce qui serait en soi un avancement, bien sûr. Saluons l'initiative, car elle augure d'un changement d'attitude envers le rôle de la communication comme outil de gestion de l'État.