Il est très difficile d'argumenter contre les AVE (advertising equivalents, ou équivalents publicitaires) comme unité de mesure des campagnes de marketing ou de relations publiques. Parce que comparer les retombées d'une campagne d'influence à son équivalent en surface de pub payante est FACILE, comme le dit si bien Stephen Waddington de Ketchum sur son blog. Mais la véritable approche que nous, professionnels de la communication, devons adopter est le process recommandé par l'AMEC (www.amecorg.com) où l'on lie les objectifs d'une entreprise avec les outcomes (résultats) de la campagne.